La Marche

L'hélvétique et le lien avec notre temps présent


La France et la Suisse entretenaient depuis le XVIe siècle d'étroites relations politiques et surtout économiques. En échange de privilèges commerciaux, les villes suisses ont envoyé en France des centaines de milliers de mercenaires au service des puissances étrangères. Ce n'est donc pas un hasard si près de 760 gardes suisses sont morts lors de la tempête des Tuileries en août 1792, lorsqu'ils ont tenté d'empêcher la foule en colère de prendre d'assaut le palais et d'avancer sur la famille royale. Le massacre a provoqué une grande consternation en Suisse. Il est significatif que la Confédération helvétique, bien qu'étant une république, fasse également partie de la société corporative et hiérarchique de la vieille Europe, et que son élite politique ait peu de sympathie pour les principes des Lumières "liberté, égalité, fraternité".

Et aujourd'hui ? Ne sommes-nous pas à nouveau dans une situation similaire en ce qui concerne la confédération supranationale d'États, l'UE ? N'y a-t-il pas, aujourd'hui encore, des élites politiques au pouvoir qui préféreraient faire de notre pays le sujet de l'UE ? Au lieu de mercenaires, nous versons maintenant des "milliards de cohésion" dans le pot de l'UE afin que notre accès au marché reste garanti. Et nos élites politiques ne luttent-elles pas lorsque le peuple se révolte et réclame ses droits. Donc pas si éloigné du 18ème siècle ? C'est le cas ?